Blog

Des dizaines d’entreprises vendent ou louent des fichiers d’adresses email. Ces fichiers sont, le plus souvent, divisés en deux grandes catégories : les particuliers (B to C) et les professionnels (B to B). Ils sont parfois segmentés selon l’âge, la catégorie socio-professionnelle, et le code postal des destinataires.

Ces fichiers ne sont pas illégaux, mais vous devez vous assurer contractuellement que les adresses électroniques utilisées ont été collectées de manière régulière, et notamment que le prestataire est déclaré auprès de la Cnil.

Les destinataires présents dans ces fichiers doivent avoir été informés de la transmission de leurs données personnelles à des tiers au moment de la collecte.

Par ailleurs, les fichiers à louer sont généralement de meilleure qualité que les fichiers à vendre. Ces derniers sont utilisés par de multiples entreprises sans aucun contrôle de fréquence d’envoi, les emails de ces listes sont donc littéralement bombardés de messages publicitaires. Le désabonnement devient alors fastidieux, car nécessaire à chaque nouvelle vente du fichier auprès des entreprises qui l’acquièrent.

La lassitude face au nombre de publicités aura indéniablement un impact non négligeable sur les performances et l’image de votre entreprise.

Vous pouvez être tenté d’acquérir un fichier pour effectuer plusieurs compagnes, mais ne vous attendez pas à des miracles !

Conseil

Méfiez-vous des offres trop alléchantes. Des milliers, voire des millions, d’adresses email à acheter à prix cassés ne peuvent pas constituer un fichier de qualité. Il y a même de fortes chances pour que le fichier ait été collecté de façon déloyale.

L’un des enjeux de l’emailing est la délivrabilité des emails, c’est-à-dire la capacité à faire arriver vos envois dans les boites de réception.

Et l’un des piliers d’une bonne délivrabilité est la qualité de la liste des destinataires.

Si vous faites des envois non sollicités, vous vous exposez fortement à une délivrabilté médiocre.

A quoi bon acheter des adresses email si vos campagnes arrivent dans le dossier spam ?

La location est en revanche recommandable. Les fichiers à louer ne sont pas transmis au entreprises clientes. Vous sélectionnez la cible, et le prestataire s’occuper de l’envoi pour vous.

Généralement, ces fichiers sont à jour et exploitées plus raisonnablement. De plus ; les destinataires ont la possibilité de se désinscrire du fichier géré et détenu uniquement par le loueur.

Les fichiers à louer sont donc, normalement, constitués de personnes désirant continuer à recevoir des messages publicitaires.

Tarification de la location d’adresses email

Il existe plusieurs façons de facturer la location d’un fichier d’adresses email.

Pour un ciblage précis et des envois qui peuvent être modestes

  • CPM (cout pour mille) : c’est la forme la plus répandue et la plus simple techniquement. Le tarif est fixé sur le nombre d’emails envoyés. Le prix est exprimé pour mille emails envoyés.
  • CPMO (Cout pour mille ouverts) : le loueur vous facturera un tarif déterminé pour mille emails effectivement ouverts.
  • CPC (cout par clic) : le tarif repose sur un coût fixe par clic dans votre emailing. Vous ne payez que si les destinataires cliquent.

Pour un ciblage moins précis et des envois massifs

  • CPL (cout par lead) : le loueur se rémunère sur le nombre de contacts qu’il vous apporte (prospects), sur un formulaire de devis par exemple.
  • CPA (Cout par action) : le loueur se rémunère sur les ventes directement générées par l’emailing (tarif fixe par vente ou pourcentage du chiffre d’affaires).

Les logiciels d’aspiration d’emails

Plusieurs entreprises ont créé des logiciels (payants) qui scannent les pages Web, les annuaires n à la recherche d’adresses email. En quelques minutes, ces logiciels vous restituent ainsi des milliers d’adresse email trouvées sous forme de liste à exploiter.

Cette pratique peut vous paraître tentante, car quand vous démarrez en emailing, la première chose à faire est de se constituer une liste d’adresses. Mais il est fortement déconseillé d’utiliser cette méthode et ce, pour plusieurs raisons.

  • Les logiciels d’aspiration ne sont pas réellement illégaux. Les sociétés qui les vendent se déchargent de toute responsabilité car elles n’exploitent ni ne stockent aucune donnée. C’est l’utilisateur du logiciel qui va exploiter les adresses email et les collecter de façon déloyale.
  • Ces logiciels ne se préoccupent pas du type d’email qu’ils listent pour vous. Ils prennent tout, le plus possible. Or, la loi encadre clairement la prospection par emailing sans consentement préalable.

Elle est limitées au secteur B to B ( excluant les communications vers les particuliers) et ne doit être envoyée que sur des adresses génériques désignant des personnes morales ( commerçant, par exemple , par info@, contact@, commande@...).Il est donc strictement interdit d’envoyer des communications sur des adresses email désignant des personnes physiques. Si vous le faites, c’est du spam, de l’emailing non sollicité.

Enfin, même si vous ne conservez que les adresses email génériques aspirées, vous serez, de toute façon, perçu comme un spammeur par les destinataires, et les performances de vos campagnes seront médiocres.

 

Lu 1435 fois Dernière modification le jeudi, 09 mars 2017 15:29
Évaluer cet élément
(5 Votes)

About The Author

57 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.